Prévention de la radicalisation

Le Préfet déclenche le plan Alerte canicule (niveau 3) à compter de vendredi 07 août 2020

Contenu

Radicalisation : signalement ou dénonciation ?

 













Le signalement est parfois assimilé ou confondu avec la dénonciation calomnieuse ou la délation. Quelles frontières entre "l’acte indigne" et "l’acte citoyen" ?

La radicalisation djihadiste se caractérise par un changement de comportement qui peut conduire certaines personnes à l’extrémisme ou au terrorisme. L’objectif du signalement au centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR - numéro vert : 0800 005 696) est de protéger, non seulement ces personnes contre elles-mêmes en s’assurant qu’elles ne sont pas sur une voie qui conduit à commettre un acte criminel, mais également la population contre de possibles comportements violents.

La force d’une idéologie et son pouvoir d’attraction ne doivent pas être sous-estimés. Des individus ayant développé une haine de notre société peuvent adhérer pleinement à un discours qui donne sens à leurs frustrations ou à un sentiment d’humiliation, à leurs difficultés et apporte des solutions.
Cette radicalisation est un phénomène complexe, protéiforme, amplifié par le développement d’internet et des réseaux sociaux. La complexité du phénomène porte sur l’identification du niveau de radicalisation et de ses conséquences : l’ensemble des pratiquants rigoristes d’une religion ne sont pas djihadistes mais tous les djihadistes sont radicalisés.
Difficile à repérer et à traiter, la radicalisation est donc un enjeu majeur de sécurité nationale avec l’appui de professionnels. Il est donc important d’effectuer un signalement quand un doute se fait jour, afin qu’il soit infirmé ou confirmé.