Contenu

Le constat

Ces cinquante dernières années, les pays industrialisés, et les hommes qui y vivent (dont nous sommes), ont géré la planète sans prêter attention à son fragile équilibre. On a pollué (l’air, l’eau, le sol...), on a surexploité les ressources naturelles (forêts, matières premières, énergies fossiles...), on a menacé la biodiversité (disparition de nombreuses plantes et animaux), on a contribué à creuser les inégalités (entre les territoires, notamment entre les pays du Nord et les pays du Sud, mauvaise répartition des richesses, accès inégal à la santé...). Bref, le modèle de développement économique adopté a contribué à dégrader l’environnement parfois de manière irréversible, et a conduit à des tensions sociales et internationales graves.

Ce mode de développement, fondé sur le dépassement et la transgression des limites de la nature, sur une consommation croissante, sur l’évolution sans limites des technologies, est-il tenable à long terme ?

Si tous les êtres humains adoptaient notre mode de vie actuel, il faudrait trois planètes pour fournir suffisamment d’énergie et de matières premières pour vivre.