Contenu

La définition du développement durable

Le rapport Brundtland en 1987 définit le développement durable comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion :

  • le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité et
  • l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir »

schéma DD Le développement durable doit être à la fois économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement tolérable. Le social doit être un objectif, l’économie un moyen et l’environnement une condition.

Le développement est « durable » s’il est conçu de manière à en assurer la pérennité du bénéfice pour les générations futures.

Les trois piliers du développement durable : trois composantes interdépendantes

le pilier économique développer la croissance et l’efficacité économique, à travers des modes de production et de consommation durables
le pilier social satisfaire les besoins humains et répondre à un objectif d’équité sociale, en favorisant la participation de tous les groupes sociaux sur les questions de santé, logement, consommation, éducation, emploi, culture...
le pilier environnemental préserver, améliorer et valoriser l’environnement et les ressources naturelles sur le long terme, en maintenant les grands équilibres écologiques, en réduisant les risques et en prévenant les impacts environnementaux.

7 principes fondamentaux

  • Solidarité, entre les générations, entre les territoires, entre les peuples, entre les pays du Nord et du Sud
  • Participation, de l’ensemble des acteurs de la société civile.
  • Gouvernance (transparence des modes de gestion et de décisions, participation des acteurs...) propres à un territoire ou une organisation (entreprise, administration...) : appelé aussi le« quatrième pilier »
  • Précaution / Prévention
  • Réversibilité (pouvoir retourner à un état antérieur sans dégradation)
  • Subsidiarité (traiter les problèmes au plus près de l’endroit où ils se posent)
  • Amélioration en continu et évaluation des actions