Contenu

Continuité écologique

 

La continuité écologique, dans une rivière, se définit par la possibilité de circulation des espèces animales et le bon déroulement du transport des sédiments. La continuité entre amont et aval peut être entravée par les obstacles transversaux comme les seuils et barrages, alors que la continuité latérale peut être impactée par les ouvrages longitudinaux comme les digues et les protections de berges.

La stratégie nationale de restauration de la continuité écologique vise à retrouver des rivières vivantes, dynamiques et fonctionnelles, capables de rendre de multiples services. Ainsi, les ouvrages sans usage économique seront préférentiellement effacés (ou arasés). Pour ceux conservant un usage, on cherchera à adapter leurs conditions de gestion ou à les équiper de systèmes de franchissement efficaces.
En complément, une procédure réglementaire est mise en place au niveau du bassin versant Loire-Bretagne : des arrêtés de classement des cours d’eau au titre de l’article L. 214-17, signés par le Préfet coordonnateur de bassin Loire Bretagne, sont parus au journal officiel le 22 juillet 2012.
Ils classent les cours d’eau en liste 1 et en liste 2 :

  • La liste 1 vise à préserver les cours d’eau de tout nouvel ouvrage susceptible d’impacter la continuité écologique.
  • La liste 2 impose une restauration de la continuité écologique dans un délai de cinq années par effacement, équipement ou gestion dans la recherche d’un équilibre entre les usages et les exigences des milieux aquatiques.

La continuité écologique : consultez l’ Arrêté de classement en liste II (format pdf - 8.9 Mo - 01/09/2020)

Dans le Maine-et-Loire, environ 192 ouvrages principaux sont concernés par la liste 2.
Site du ministère de la Transition écologique et solidaire